• 19 novembre 2020

Histoire de la radio d’automobile

Histoire de la radio d’automobile

Histoire de la radio d’automobile 1024 438 VEA

Histoire de la radio d'automobile

Article suggéré par Aloïs Furer - Traduction libre de l’anglais par Gilbert Denis

On dirait que les voitures ont toujours eu des radios, mais ce n’est pas le cas. Voici donc l'histoire:

Un soir, en 1929, deux jeunes hommes, William Lear et Elmer Wavering, conduisirent leurs amies à un belvédère surplombant le fleuve Mississippi en la ville de Quincy, Illinois, pour observer le coucher de soleil. C’était certes une nuit romantique, mais l’une des femmes fit la remarque qu’il serait encore plus agréable de pouvoir écouter de la musique dans la voiture.

Lear et Wavering ont aimé l’idée. Les deux hommes avaient bricolé des radios (Lear avait été opérateur radio dans la marine américaine pendant la Première Guerre mondiale) et ils ont rapidement démonté une radio pour la maison et essayèrent de la faire fonctionner en voiture. Mais ce n’était pas facile: les voitures sont équipées de commutateurs d’allumage, de génératrices, de bougies d’allumage et d’autres équipements électriques qui génèrent des interférences parasites bruyantes, ce qui rend pratiquement impossible l’écoute de la radio lorsque le moteur tourne.

Une par une, Lear et Wavering ont identifié et éliminé chaque source d’interférence électrique. Quand ils ont finalement réussi à faire fonctionner leur radio, ils l’ont emmenée à une convention radio à Chicago. Ils y ont rencontré Paul Galvin, propriétaire de Galvin Manufacturing Corporation. Il fabriquait un produit appelé “éliminateur de batterie”, un dispositif permettant aux radios alimentées par batterie de fonctionner sur le courant alternatif domestique.

Mais comme de plus en plus de foyers étaient raccordés à l’électricité, de plus en plus de fabricants de radios fabriquaient des radios à courant alternatif. Galvin avait besoin d’un nouveau produit à fabriquer. Quand il a rencontré Lear et Wavering à la convention de la radio, il l’a trouvé. Il pensa que les autoradios abordables produites en série pouvaient devenir un énorme marché. Lear et Wavering s’installèrent dans l’usine de Galvin et, lorsqu’ils perfectionnèrent leur première radio, ils l’installèrent dans son Studebaker.

Ensuite, Galvin s’est adressé à un banquier local pour demander un prêt. Pensant que cela pourrait adoucir l’accord, il demanda à ses hommes d’installer une radio dans la Packard du banquier. Bonne idée, mais ça n’a pas marché! Une demi-heure après l’installation, la Packard du banquier a pris feu. (Ils n’ont pas obtenu le prêt.).

Galvin n’a pas abandonné. Il conduisit son Studebaker sur près de 800 km jusqu’à Atlantic City pour montrer sa radio à la convention de 1930 de la Radio Manufacturers Association. Trop fauché pour s’offrir un stand, il gara la voiture devant le palais des congrès et alluma la radio pour que les congressistes puissent l’entendre. Cette idée a fonctionné; il eut assez de commandes pour mettre la radio en production.

Qu'est-ce qu'il y a dans un nom?

Ce premier modèle de production s’appelait le 5T71. Galvin décida qu’il devait trouver quelque chose d’un peu plus accrocheur. À cette époque, de nombreuses sociétés du secteur des phonographes et des radios utilisaient le suffixe “ola”: Radiola, Columbiola et Victrola étaient trois des plus grandes. Galvin a décidé de faire de même et, comme sa radio était destinée à être utilisée dans un véhicule automobile, il a décidé de l’appeler Motorola.

Même avec le changement de nom, la radio avait toujours des problèmes: lorsque la Motorola a été mise en vente en 1930, cela coûtait environ 110 $US non installés, à un moment où vous pouviez acheter une voiture neuve pour 650 $US, et le pays glissait vers la Grande Dépression. (Selon cette mesure, une radio pour une nouvelle voiture coûterait environ 3 000 $ aujourd’hui.).

En 1930, il fallait plusieurs jours à deux hommes pour installer un autoradio: il fallait démonter le tableau de bord pour pouvoir installer le récepteur et un seul haut-parleur puis couper le plafond pour pouvoir installer l’antenne. Ces premières radios fonctionnaient avec leurs propres batteries, pas avec la batterie de la voiture. Il fallait donc percer des trous dans le plancher pour les accueillir. Le manuel d’installation contenait huit schémas complets et 28 pages d’instructions.

Vendre des autoradios compliquées qui coûtent 20% du prix d’une voiture neuve n’aurait pas été facile dans le meilleur des cas, sans parler de la Grande Dépression. Galvin a perdu de l’argent en 1930 et résista pendant deux ans après cela. Puis les choses s’améliorèrent en 1933 lorsque Ford offra des Motorola préinstallées à l’usine.
1934 insuffle un nouvel élan lorsque Galvin passe un accord avec le fabricant de pneus B.F. Goodrich pour les vendre et les installer dans sa chaîne de magasins de pneus. À ce moment-là, le prix de la radio, installation comprise, avait chuté à 55 $. L’autoradio Motorola était établi. (Le nom de la société serait officiellement changé de Galvin Manufacturing à “Motorola” en 1947).

En même temps, Galvin continuait à développer de nouvelles utilisations pour les autoradios. En 1936, l’année même où il introduisit le réglage par bouton-poussoir, il introduisit également le Motorola Police Cruiser, un autoradio standard préréglé en usine sur une seule fréquence pour capter les émissions de la police.

En 1940, il développe la première radio bidirectionnelle portable, The Handy-Talkie, pour l’armée américaine.
Une grande partie des technologies de communication que nous prenons pour acquis aujourd’hui est née dans les laboratoires Motorola dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale:

  • En 1947, ils ont produit le premier téléviseur pour moins de 200 dollars.
  • En 1956, la société a lancé le premier téléavertisseur au monde; en 1969, l’équipement de radio et de télévision utilisé pour téléviser les premiers pas de Neil Armstrong sur la lune.
  • En 1973, elle a inventé le premier téléphone cellulaire portable au monde.
  • Aujourd’hui, Motorola est l’un des plus grands fabricants de téléphones portables au monde. Et tout a commencé avec l’autoradio.

Ce qui est arrivé aux deux hommes qui ont installé la première radio dans la voiture de Paul Galvin?

Elmer Wavering et William Lear ont fini par emprunter des chemins très différents dans la vie.

Wavering est demeuré avec Motorola. Dans les années 50, il a contribué à changer encore l’expérience de l’automobile en mettant au point le premier alternateur automobile, remplaçant les générateurs inefficaces et peu fiables. L’invention conduisit à des objets de luxe tels que les vitres électriques, les sièges électriques et, éventuellement, la climatisation.

Lear a également continué à inventer. Il détient plus de 150 brevets. Rappelez-vous les lecteurs de bandes à huit pistes? Lear a inventé cela. Mais ce qui le rend vraiment célèbre, ce sont ses contributions au domaine de l’aviation. Il a inventé les radiogoniomètres pour avions, aidé à l’invention du pilote automatique, a conçu le premier système d’atterrissage entièrement automatique et, en 1963, a lancé sa plus célèbre invention, le Lear Jet, le premier avion d’affaires économique fabriqué en série au monde. (Pas mal pour un gars qui a quitté l’école après la huitième année.)

Il est parfois amusant de découvrir comment certaines des nombreuses choses que nous prenons pour acquis ont réellement vu le jour! Et … tout a commencé avec la suggestion d’une femme !!

X